Le Néant Dévoilé

Couverture :

            – Maître, vous avez éveillé ma curiosité en disant que nous allions aborder de grandes questions philosophiques. Quelle est la question fondamentale pour vous ? demanda le disciple en ouvrant de grands yeux, comme ceux d’un enfant qui découvre un monde merveilleux.

            La ferveur du jeune homme fit sourire le Maître qui répondit sans hésiter :

            – C’est la question qui fut posée par Leibniz, un mathématicien et philosophe du dix-septième siècle : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? »

            Le disciple avait ralenti son pas et, levant son regard vers le Maître, dit pensivement :

– Je n’arrive pas à imaginer qu’il puisse ne rien exister… Déjà la beauté de ce qui m’entoure rend difficile l’idée que cela puisse ne pas exister…

***

Prix : 25.- CHF, port en plus

Livre disponible seulement au Liboson, voir Contact ou Commander

***

Extrait (page 229) :

– Le regard d’une jeune fille qui t’a offert du lait de yack, les sommets étincelants de neige que tu as aperçus à travers les brumes matinales, les tendres corolles de fleurs bleues qui goûtaient les dernières caresses du soleil, la beauté d’une œuvre d’art, un morceau de musique ou un poème qui t’ont ému… Quel est le lien selon toi entre ton émerveillement devant la beauté et le vertige que tu peux ressentir devant l’abîme infiniment profond du Néant ?

– Pendant que je suis fasciné par la beauté, j’oublie ma propre personne. En essayant d’imaginer l’étrangeté du Néant, j’ai également le sentiment de me libérer de toute forme d’attachement à ma propre personne.

– Ces deux voies, dit le Maître, l’émerveillement devant la beauté et le vertige face au Néant, mènent à l’oubli de soi, mènent vers la liberté, car ces deux états d’esprit nous permettent d’accéder à un monde où le temps semble ne plus exister, où toute peur, tout désir ont disparu.